Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Miscanthus sinensis

Ah... mon adoré Miscanthus sinensis... seconde plante abordée dans cette série sur les 7 plantes d'automne du Japon. C'est, pour moi, l'une des plantes les plus présentes et les plus représentatives de la campagne japonaise. Agilité, grâce, souplesse, maturité, couleurs chaudes d'automne, brillance, reflets d'or ou d'argent... autant de mots qui me viennent à l'esprit en le regardant.

Miscanthus sinensis dans la campagne japonaise

Le Miscanthus sinensis est, avec le Lespedeza bicolor (dont je parlerai bientôt), incontournable pour célébrer la pleine lune d'automne (O-tsukimi). Mais c'est, traditionnellement, un végétal utilisé pour confectionner le chaume des toits des minka japonaises, ce que l'on appelle kayabuki et dont j'ai parlé avant l'été, un combustible et surtout un aliment pour le bétail.

Toit de chaume d'une maison traditionnelle japonaise à la campagne
Merveilleux travail de l'artisan qui taille ici le Miscanthus sous l'avancée du toit

 

Paysage typique de satoyama, avec les minka, les Lycoris radiata et la forêt profonde (okuyama) au fond

C'est la raison pour laquelle on trouvait autrefois de grandes étendues de Miscanthus sinensis dans la campagne japonaise, près des hameaux. Il reste encore quelques endroits, au Japon, où admirer ces grandes plaines de Miscanthus sinensis, notamment à Sengokuhara, près de Hakone et du mont Fuji.

Sentier pédestre à travers les Miscanthus sinensis de Sengokuhara

 

La plaine de Miscanthus de Sengokuhara

En japonais, on l'appelle principalement susuki, mais il porte également les noms de kaya (du fameux mot kayabuki qui signifie littéralement "couverture de kaya") et obana.

Le sentier de Sengokuhara

Je ne vais pas m'étendre sur la description des Miscanthus sinensis car nombre d'ouvrages et de sites internet le font en français; on peut également trouver toutes sortes de variétés plus ou moins longues, plus ou moins panachées, plus ou moins roses ou blanches chez les pépiniéristes spécialisés.
Quant à moi, je vais préparer un bouquet de Miscanthus sinensis pour célébrer la pleine lune du 12 septembre...

Exemple de décoration et d'offrande à la lune d'automne

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.